Les fleurs sculptées de Yoshihiro Suda

Les fleurs sculptées de Yoshihiro Suda

Les fleurs sont toujours les bienvenues dans notre quotidien. De par leur beauté et les émotions qu’elles véhiculent, elles constituent l’un des sujets de travail préférés des artistes. Que se passe-t-il lorsque notre végétal favori rencontre l’approche radicale de l’art moderne ? Petite démonstration autour du travail de Yoshihiro Suda…

Révélateur floral

Fleur sculptée de Yoshihiro Suda

C’est en 2004 au Palais de Tokyo à Paris, que cet artiste installait ses sculptures de bois peint représentant des plantes de façon réaliste, notamment des mauvaises herbes et des fleurs : camélias, magnolias, roses, anémones et amaryllis… L’hyperréalisme de ces œuvres explorait l’espace où elles étaient installées. Pour expliquer sa démarche, M. Suda explique laconiquement « … à l’intérieur de moi, la plante prend forme à l’état de bois sculpté  ».
Yoshihiro Suda confère une importance égale à tout, mauvaises herbes ou fleurs, petites ou grandes… Les sculptures sont souvent isolées, dans une position improbable. Ainsi, seuls quelques pétales touchent un mur et la fleur s’y suspend. Le végétal parvient alors à s’épanouir dans un environnement urbain et neutre.

Yoshihiro Suda - Courtesy of Gallery KoyanahiTrès souvent, l’artiste choisit des lieux spacieux ou presque vides et place ses sculptures à des endroits inattendus — fissures cachées ou emplacements périphériques — jouant avec les particularités du lieu. Dans ces lieux d’exposition, aucun panneau, aucune indication : le spectateur devra aller lui-même à la rencontre de l’œuvre, scrutant l’espace à la recherche de ces sculptures. Un art qui nous invite à redécouvrir ces petites choses auxquelles nous ne prêtons pas attention dans notre quotidien.
Fleurissant dans des lieux inhabituels, petites face à l’immensité, ces fleurs sculptées créent chez le spectateur un sentiment particulier de confusion et d’étonnement, parfois même un rire, balayant ses certitudes et ses représentations. Minuscules et d’apparence fragile, elles parviennent pourtant à s’imposer et à « animer » les grands espaces où elles sont exposées.

Un artiste hors-norme

Yoshihiro Suda

Yoshihiro Suda naît en 1969 à Yamanashi au Japon. Il part faire ses études à Tokyo où il étudie le design graphique. Il commence en parallèle à se passionner pour la sculpture sur bois. L’urbanisation excessive de Tokyo, où le végétal tente de se faire une place tant bien que mal dans quelque fissure du béton, contraste avec la végétation luxuriante de son enfance, et constitue pour lui le point de départ de sa réflexion artistique.

Son œuvre est influencée par les peintures japonaises de l’Ecole Rimpa, dont l’aspect inachevé laisse place à l’imagination. La profusion de détails dans la peinture flamande le fascine également. Mais Yoshihiro Suda se revendique comme un artiste résolument contemporain, pratiquant un art détaché de toute convention.

Ces œuvres, véritables pièces d’orfèvres, ont séduit à travers le monde. Yoshihiro Suda expose désormais ses œuvres au Japon, en Europe et en Amérique du Nord. Un artiste à suivre…

Crédit photo : Clematis Yoshihiro Suda, Clematis, 2004, bois peint. Galerie Douglas Hyde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez notre newsletter
Pour être informé des nouveautés et recevoir nos offres et promotions en exclusivité (voir CGV).

S'inscrire