La plus grande fleur du monde

La plus grande fleur du monde

La ville de Nantes a acquis depuis peu une plante extrêmement rare et convoitée : l’Amorphophallus Titanum, en d’autres termes « Pénis de Titan », plus connue sous le nom d’arum titan.
 

 

Amorphophallus Titanum
Amorphophallus Titanum, ou “Arum Titan”.
Le jardin des Plantes de Nantes possède ainsi le 2e spécimen français avec la ville de Brest. C’est la plus grande fleur du monde grâce à son incroyable inflorescence. Sa floraison, qui ne dure que trois jours, est un spectacle rare et très attendu…

Une plante hors-normes

L’Amorphophallus Titanum fut découverte en 1878 par le naturaliste Odoardo Beccari (1843-1920), dans la forêt vierge de l’île de Sumatra en Indonésie. Dans son milieu naturel, c’est une plante très difficile à trouver, et seule une vingtaine de jardins botaniques la cultivent à travers le monde. Il faut dire que l’arum titan demande des soins spécifiques et contraignants : une température entre 23 et 33°C, et un taux d’hygrométrie de 80 % !
 
De la famille des Aracées, l’arum titan possède la plus grande fleur du monde, ou plutôt la plus grande inflorescence (c’est-à-dire un ensemble de fleurs simples). Son élément central, longiligne, charnu et jaunâtre – le spadice – se compose en réalité de nombreuses petites fleurs : des fleurs femelles rosâtres en sa base surmontées de fleurs mâles, d’aspect jaunâtre. Le spadice de l’arum titan peut atteindre des tailles étonnantes, jusqu’à environ 3 mètres de hauteur ! Autour de lui se forme une corolle plissée rouge-brunâtre, appelée spathe.

    • Le record de taille est détenu par un arum titan du jardin botanique du château de Poppelsdorf de Bonn : en mai 2003, au moment de sa floraison, il atteignait 2.74 m de haut ! Quelques mois auparavant, son tubercule affichait une pesée remarquable de 78 kg.

 

    • L’arum titan est aujourd’hui menacé. A Sumatra, son île d’origine, la déforestation massive entraîne peu à peu sa disparition. En cause également, des cueillettes sauvages, car la plante se vendrait à prix fort sur certains marchés asiatiques. Heureusement, les jardins botaniques, qui parviennent de mieux en mieux à la cultiver, multiplient les chances de survie de l’espèce.

 

  • La première floraison de l’Amorphophallus Titanum a eu lieu aux jardins botaniques royaux de Kew au Royaume-Uni en 1889. En raison de sa forme suggestive, les jeunes filles de bonnes familles ne furent pas autorisées à y assister ! Amorphophallus Titanum signifie en effet “gigantesque pénis difforme”.

Une floraison très attendue

Chaque floraison est un événement particulièrement convoité partout dans le monde où l’on trouve des spécimens, et pour cause : elle est très rare, et dure seulement 72 heures ! Il est difficile de savoir à quel moment précisément l’arum titan va fleurir. Le tubercule doit d’abord atteindre au moins une vingtaine de kilos afin d’espérer une première floraison, ce qui peut prendre plusieurs dizaines d’années. A l’heure actuelle, les conditions de culture se perfectionnent dans les jardins botaniques, et l’on assiste à des floraisons de plus en plus fréquentes.
 
Au moment de la floraison, lorsque les fleurs femelles arrivent à maturité, la corolle se déploie et le spadice monte alors soudainement en température pour exhaler un parfum pestilentiel de viande avariée. Son nom indonésien signifie d’ailleurs « fleur de cadavre »… A la limite du supportable pour les visiteurs, cette odeur puissante fait en revanche le bonheur des insectes pollinisateurs, comme les coléoptères ou les abeilles, qu’elle peut attirer jusqu’à 800 mètres à la ronde !
Les insectes vont se retrouver prisonniers de la coupe de la plante et se débattre, le pollen des fleurs s’accrochant ainsi à eux. A la fin de la floraison, la spathe se flétrit, permettant ainsi aux insectes de s’échapper et de partir polliniser d’autres arums, assurant la reproduction de la plante.

  • Découvrez en image les différentes étapes de croissance d’un arum titan au Conservatoire botanique de Brest !
  •  

  • Découvrez une vidéo retraçant la floraison qui eut lieu au jardin botanique de l’université de Bâle (Suisse) en avril 2011 (source : Euronews) :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez notre newsletter
Pour être informé des nouveautés et recevoir nos offres et promotions en exclusivité (voir CGV).

S'inscrire